Methode PERT : ce qu’il faut connaître et comprendre

Methode PERT : ce qu’il faut connaître et comprendre

Dans le monde entrepreneurial, la réussite ne peut venir sans une bonne gestion de temps et de projets, sans oublier la planification des tâches. Pour cela, plusieurs méthodes sont à la disposition des entrepreneurs. Celle basée sur le diagramme de PERT en fait partie. Voici l’essentiel à connaître en ce qui le concerne.

Méthode PERT : définition et origine

Au même titre que le mindmapping, la technique GANTT et l’outil OVAR, la méthode PERT est une méthode mise en place pour optimiser la gestion de l’ordonnancement dans un projet. On doit sa création à la marine américaine qui cherchait un moyen d’organisation des tâches en chaîne de milliers d’individus chargés de concevoir des missions à ogives nucléaires POLARIS. La technique est basée sur un graphe affichant un réseau de travaux, dont la connexion contribue à la réalisation des objectifs liés à un projet donné.

Les 3 principaux éléments préalables à cette méthode sont :

  • La répartition précise du projet en travaux,
  • L’évaluation du temps relatif à chaque opération,
  • La désignation d’un chef de projet ayant pour missions la supervision dudit projet et la prise de décisions en cas de problèmes compromettant l’atteinte des objectifs.

Méthode PERT : de quoi est composé le graphe ?

3 éléments sont visibles sur le graphe ou réseau PERT : la tâche, l’étape et la tâche fictive. Le premier est symbolisé par une flèche. Un code et une durée sont attachés à chaque tâche. La longueur de la flèche ne détermine cependant pas la durée. Le second est symbolisé par un cercle dans lequel on trouve un numéro. Rien n’empêche toutefois pas de choisir d’autres formes pour sa représentation : ovale, carré, rectangle, etc. On désigne par étape le commencement et le terme d’une tâche. Le dernier élément est symbolisé par une flèche en pointillés donnant la possibilité de représenter les difficultés et problèmes de connexion entre certaines étapes.