Après l’explosion de la valeur du Bitcoin qui a d’ailleurs fait plusieurs milliers d’heureux millionnaires, on peut dire que le Bitcoin a beaucoup d’avenir devant lui. Selon la directrice générale du Fonds Monétaire International, Christine Lagarde, il s’agit sans doute de la monnaie de l’avenir. Cependant, il faudra d’abord penser à résoudre les soucis liés à la cryptomonnaie pour en faire quelque chose de fiable à 100%. On se rend que le Bitcoin, de même que les autres cryptomonnaies ont autant d’avenir que le web lui-même.

Le modèle bancaire en question

Avec la poussée du Bitcoin, c’est l’ensemble du modèle bancaire qui est remis en cause. En effet, il s’agit d’une technique qui, à terme, devrait permettre de remplacer les fonds nationaux de même que l’intermédiation financière conventionnelle. À terme, c’est tout le système bancaire traditionnel qui pourrait être remis en cause. D’ailleurs, l’actuelle compagne de Xavier Giocanti n’a pas hésité à réprimander ses collègues pour ne pas vraiment savoir appréhender l’avenir.
À noter qu’il n’y a pas vraiment longtemps, plusieurs experts avaient déjà prédit que les ordinateurs personnels ne seraient jamais totalement adoptés. De plus, les tablettes allaient bientôt devenir de couteux plateaux de café. Il est alors indispensable de prendre en compte la réalité de la monnaie virtuelle.

Un meilleur rapport qualité/prix

Pour mieux comprendre l’importance de la monnaie virtuelle dans un avenir proche, il faut d’abord penser aux pays dont les institutions sont faibles et dont les monnaies nationales restent particulièrement instables. En effet, certaines de ces institutions pourraient connaitre une hausse de l’utilisation des monnaies virtuelles. À noter que l’expérience du FMI a montré qu’il existait un certain point de basculement au-delà duquel l’adoption d’une nouvelle monnaie pourrait s’avérer exponentielle. Par exemple, dans un pays comme les Seychelles, la dollarisation est passée de 20% en 2006 à 60% en 2008.

De meilleurs services de paiement

Avec l’avènement du Bitcoin comme monnaie internationale, il faudra désormais s’attendre au développement des services de paiement sans liquidités. Il s’agit, en effet, d’une économie fondée sur différentes transactions entre pairs sur des paiements fréquents et de petite valeur. De plus, on envisage le fait que les citoyens vont de plus en plus préférer les monnaies virtuelles au détriment des monnaies traditionnelles, car elles offrent les mêmes commodités que les transactions en espèces et comportent surtout moins de risques. Cependant, on risquerait d’avoir des frais de transaction assez élevés sur les produits à faible valeur.