Les avantages des logiciels de gestion des conseils de collectivités territoriales

Si la délibération est un processus social impliquant de nombreuses personnes, elle « se produit » lorsque les participants sont en mesure de réfléchir de manière large et approfondie aux informations et aux points de vue qui leur sont présentés dans un environnement respectueux. Cela met en évidence la nécessité de la délibération dématérialisée. En effet, si elle peut faciliter l’apprentissage et une compréhension plus approfondie des questions et de la pensée critique grâce à l’exposition à divers points de vue, elle réduit le stress associé au débat dans un espace public et renforce l’empathie intracommunautaire. Voici quelques avantages d’une solution dématérialisée pour la dématérialisation d’une collectivité territoriale.

Prise en charge d’une variété d’activités en ligne

La délibération dématérialisée nécessite de créer un espace de réflexion. Pour créer un espace de réflexion profonde, vous aurez besoin des logiciels de gestion des délibérations qui prend en charge diverses activités (autres que la délibération) tout au long du processus. Par exemple, l’envoi dématérialisé des convocations, affichage de l’ordre du jour, l’idéation, le classement des idées, la rédaction collaborative, la narration numérique, éventuellement l’idéation spatiale, pour compléter le processus de délibération.

A découvrir également : Création de site internet : que faut-il regarder ?

Proposer plusieurs outils délibératifs

L’un des aspects essentiels de la création d’une délibération dématérialisée consiste à demander à la communauté de ralentir et de répondre de manière plus réfléchie. Cela donne des informations plus riches et incite la communauté à réfléchir à différentes opinions. Divers outils de délibération doivent donc être activés en parallèle et de manière séquentielle pour permettre aux participants de soulever des questions, de générer des idées et de tester leurs arguments, etc. sous autant de formes que possible, y compris des formes non textuelles, par exemple des « j’aime » ou des « votes ».

Permettre une utilisation facile pour toutes les capacités

Vous ne pouvez pas forcer les gens à s’engager, mais vous pouvez leur faciliter la tâche autant que possible. L’expérience utilisateur de la plateforme doit être suffisamment simple pour être utilisée facilement par des personnes inexpérimentées en matière de technologies Internet.

A voir aussi : 5 formations pour travailler dans la sérigraphie

Offrir la possibilité d’identifier les facilitateurs

Pour créer l’ouverture essentielle à la délibération en ligne, il est nécessaire d’éviter tout ce qui privilégie un participant ou une contribution par rapport aux autres. Néanmoins, bien qu’il s’agisse généralement d’espaces autogérés, le dialogue délibératif se déroule de manière organique avec un facilitateur « naturel ». Il peut y avoir une opportunité de fournir des incitations à une participation de « qualité ». Il est toutefois important d’identifier clairement les facilitateurs et les orateurs invités ou les experts en la matière.

Capacité d’analyse quantitative et qualitative

L’évaluation du processus et des résultats du dialogue nécessite une analyse à la fois quantitative et qualitative. L’analyse quantitative vous permet de voir rapidement le volume et l’échelle relative autour d’une question, tandis que l’analyse qualitative vous permet d’interpréter les motivations derrière les positions des participants. Par conséquent, la plateforme nécessite ou doit fonctionner très bien avec des systèmes d’analyse et de rapports qualitatifs et quantitatifs.

Fournir une notification automatisée

Il est essentiel d’informer tous les participants de l’issue du conseil. La plateforme devra disposer d’une lettre d’information électronique et d’un système de notification automatisé afin d’informer tous les participants. Il est également possible de publier directement le résultat sur le site web de l’organisation pour que tous les niveaux soient informés.

Informatique